La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël Dicker

couv46940194Auteur: Joël Dicker

Editions: Editions de Fallois

Date de publication: 2014

Nombre de pages: 857 pages

Genre: Thriller

Sortie: 19 septembre 2012

 

Note: 9/10

Résumé:

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Avis:

J’ai mis beaucoup de temps pour me lancer dans la lecture de ce roman. Les 800 pages me faisaient peur et l’engouement autour du livre et de la série ne me rassurait pas.
Pourtant, après plusieurs hésitations je me suis enfin lancée et je ne le regrette absolument pas.

Ce roman est un thriller qui se base sur une histoire simple, une jeune fille disparaît dans une petite ville des Etats-Unis. 30 ans plus tard, son corps est retrouvé dans le jardin de Harry Quebert, l’un des plus grands écrivains du siècle. Marcus Goldman, un auteur en quête d’inspiration pour son deuxième roman, va chercher à innocenter Harry, son ami et mentor.

Jusqu’ici, rien ne différencie ce roman des autres thriller. Pourtant, Joël Dicker va réussir à faire de cette histoire l’un des ouvrage les plus addictif que j’ai eu l’occasion de lire.

L’auteur réussit à mettre du suspens dans tous les éléments qui composent le livre. Le roman mêle le passé et le présent, un enchaînement de rétrospectives qui nous entraînent sur le chemin de la vérité.
Cette quête de la vérité est complexe, personnellement, j’ai changé de nombreuses fois d’avis sur l’identité de l’assassin et je ne m’attendais pas à cette fin. Je n’arrivais pas non plus à deviner le déroulement des faits, tout dans ce livre m’a surpris.
L’histoire est longue, complexe, pourtant je n’ai pas relevé de failles. Le récit tient parfaitement la route. Il mélange déduction logique et surprise.
Le récit est très entraînant, l’auteur nous emmène dans de nombreux lieux, à différentes époques mais réussi à adoucir l’histoire notamment avec des moments pleins d’émotions.
Dans la vérité sur l’affaire Harry Quebert il y a un véritable mélange des genres, des morts, de l’amour, des réflexions sur la vie, la complexité de la vie d’écrivain. Des sujets du quotidien dans une ville qui n’a rien d’extraordinaire et qui entoure une mort classique vont servir l’histoire de Joël Dicker et donné naissance à un roman incroyable.

A côté de l’histoire de meurtre, Joël Dicker aborde plusieurs sujets. Il y a une grande place qui est accordée à l’amour. Des questions sur la beauté et l’atrocité des relations. On parle de sujets parfois tabou comme l’amour entre personne majeure et mineure. On se questionne sur la place que doit avoir ce sentiment si puissant dans notre vie. Que serions nous prêt à faire pour la personne que l’on aime?, Y a t-il des limites à l’amour?
Plus largement, c’est un roman sur l’amitié. La valeur et l’importance qu’un ami peut avoir, son côté rassurant…

L’auteur évoque également la difficulté d’être auteur. Il y a des sujets classique comme le syndrome de la page blanche, la pression que subissent certains auteurs pour écrire vite, le fait de devoir écrire pour faire vendre sans se soucier de la qualité. Mais Joël Dicker parle également des coups bas des maisons d’éditions, de la présence des écrivains fantômes pour respecter des délais…
On aborde aussi la pression des médias, détruire une personne sans preuve pour donner des informations rapidement, se nourrir du malheur des autres. L’influence qu’ont les médias dans la vie de tous les jours et l’impact qu’ils ont.

Joël Dicker enchaîne les petites histoires qui nous mènent vers la vérité sur l’affaire Harry Quebert, on dévore les pages pour connaître et comprendre le rôle de chaque personnages.
Les protagonistes sont tellement bien construits. Ils sont d’une complexité rare, un vrai travail sur la psychologie des personnages a été fait, ils ont chacun une façon de parler, de penser différente. Ils ont tous des histoires importantes et ça permet aux lecteurs de rentrer plus facilement dans le récit mais également de s’attacher à ces personnes extrêmement réalistes.

Les descriptions de lieux, des scènes sont réels, on s’imagine parfaitement chaque élément du livre. On entre parfaitement dans l’histoire, les objets en deviennent presque palpables.

Ce roman est donc un vrai coup de coeur, les pages s’enchaînent, tout est mener à la perfection. C’est un récit intéressant mener de façon intelligente.

Je vous le recommande sans hésitations.

Adaptation télévisuelle: Je n’ai regardé que les trois premiers épisodes de la série, j’ai du mal à entrer dans l’univers de la série et les acteurs ne m’ont pas convaincu (notamment le rôle de Marcus Goldman). Le livre est, selon moi, beaucoup plus intéressant que la série.

Citations:

“Les mots sont à tout le monde, jusqu’à ce que vous prouviez que vous êtes capable de vous les approprier. Voilà ce qui définit un écrivain. Et vous verrez, Marcus, certains voudront vous faire croire que le livre est un rapport aux mots, mais c’est faux: il s’agit en fait d’un rapport aux gens.”


“Un bon livre Marcus ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l’effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer.Un bon livre, Marcus, est un livre que l’on regrette d’avoir terminé.”

“Et je m’étais dit qu’une étoile filante, c’était une étoile qui pouvait être belle mais qui avait peur de briller et s’enfuyait le plus loin possible. Un peu comme moi.”

Thème: 7/10   Style: 10/10  Plaisir: 10/10

Note: 9/10

2 commentaires sur “La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël Dicker

Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai pas détesté la série TV pour ma part, mais j’ai arrêté de la regarder passés quelques épisodes, pour avoir le privilège de découvrir le dénouement grâce au livre. Quand je lis ton avis, je me dis que j’ai bien fait 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :